Convention relative aux droits des personnes handicapées, faite à New York, le 13 décembre 2006 - Déclarations et réserves du Suriname.

Adapter la taille du texte :

Convention relative aux droits des personnes handicapées, faite à New York, le 13 décembre 2006 - Déclarations et réserves du Suriname.

Il résulte d’une notification du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies qu’en date du 29 mars 2017, dans le cadre de sa ratification de la Convention désignée ci-dessus, le Suriname a fait les déclarations et réserves suivantes (original: anglais):

... le Gouvernement de la République du Suriname fait les réserves et déclarations suivantes en ce qui concerne les alinéas d) et e) du paragraphe 2 de l’article 9; l’alinéa b) de l’article 19; l’alinéa a) de l’article 20; l’alinéa b) du paragraphe 2 de l’article 24 et l’article 26 de la Convention relative aux droits des personnes handicapées qui a été adoptée le 13 décembre 2006:

- le Gouvernement de la République du Suriname déclare qu’il n’adoptera pour le moment aucune des mesures prévues aux alinéas d) et e) du paragraphe 2 de l’article 9 du fait de leurs lourdes incidences financières;
- le Gouvernement de la République du Suriname déclare qu’il ratifie la Convention avec une réserve relative à l’alinéa a) de l’article 19 de la Convention dans la mesure où les dispositions qui concernent le droit relatif au lieu de résidence sont stipulées à l’article 71 du Code civil de la République du Suriname;
- le Gouvernement de la République du Suriname déclare qu’il n’adoptera pas, pour le moment, certaines des mesures prévues à l’article 20 dans la mesure où il fait face à une charge financière excessive;
- le Gouvernement de la République du Suriname reconnaît le droit des personnes handicapées à l’éducation et entend garantir l’enseignement primaire gratuit pour tous. En conséquence, il déclare qu’il ne garantit pas, pour le moment, l’application des dispositions prévues à l’alinéa b) du paragraphe 2 de l’article 24 étant donné que le système éducatif est encore loin d’être inclusif;
- le Gouvernement du Suriname reconnaît les droits des personnes handicapées d’atteindre et de conserver le maximum d’autonomie, de réaliser pleinement leur potentiel physique, mental, social et de parvenir à la pleine intégration et à la pleine participation à tous les aspects de la vie, mais déclare cependant ne pouvoir adopter rapidement certaines des mesures prévues à l’article 26 en raison de l’inexistence de la production de dispositifs d’aide à la mobilité et/ou de l’accès limité aux matériaux et équipements nécessaires à la production de tels dispositifs ...

Retour
haut de page